Premiers secours en cas d’empoisonnement avec des plantes vénéneuses

Premiers secours en cas dempoisonnement avec des plantes vénéneuses

L’empoisonnement par le poison se produit généralement au printemps, en été et en automne lorsque l’on mange des fruits, des feuilles ou des racines de plantes vénéneuses, qui sont considérées comme comestibles.

Le plus dangereux pour la vie des plantes empoisonnées, affectant principalement le système nerveux.

Milestone empoisonné , ou tsikuta (noms locaux: pruche d’eau, eau oméga, persil de chat, exil, blé vénéneux), répartis sur l’ensemble du territoire de l’ancienne union. Il pousse le plus souvent dans les endroits marécageux. Cette plante vivace a une tige rameuse lisse jusqu’à 1-1,5 mètres de hauteur et de petites fleurs blanches, disposées par des parapluies complexes. Le rhizome des cigales est confondu avec un navet. Si vous le mangez, après 15-20 minutes, il ya malaise, bave, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée, puis convulsions convulsives, contre lesquelles il est possible d’arrêter de respirer et de cœur.

Heptagus repéré (noms locaux: spotty omeg, puzzle, goudron, bulav). A une tige rameuse, glabre, avec un revêtement bleuâtre, avec des taches rouges foncées. Le poison est contenu dans la tige de cette plante, ainsi que dans les graines et les feuilles. Avec une forme bénigne d’empoisonnement, des vomissements, de la diarrhée et des nausées se produisent. Dans les cas graves, une faiblesse musculaire se développe, se transformant en paralysie musculaire (en commençant par les jambes). La mort peut survenir en raison de l’arrêt de la respiration en raison de la paralysie des muscles de la poitrine.

Le lutteur aconitique dzungarian – bleu (noms locaux: wolfcob, trou du cul, prikrit, buttercup bleu) est très répandu dans notre pays. Plus souvent il pousse sur les rochers. Aconit Poison se réfère aux alcaloïdes les plus toxiques. On le trouve dans toutes les parties de la plante, s’accumule en grand nombre dans les cultures de racines.

Empoisonnement arrive dans les cas où par erreur boivent teinture alcoolique d’aconit, utilisé dans la médecine populaire comme un frottage quand myélite, névralgies.

Intoxication Aconit se fait sentir en quelques minutes une sensation de picotements dans la bouche, la gorge, sensation de brûlure, salivation, douleurs abdominales, des vomissements, une sensation d’engourdissement et des picotements dans les différentes parties du corps. Un état d’étourdissement peut se produire, la vision est altérée. Dans les cas graves, les convulsions, la perte de conscience, la paralysie des muscles, l’arrêt de la respiration sont notés.

Le poison agit de manière toxique sur le cœur: la fréquence de ses contractions change (le pouls rétrécit puis le pouls augmente), le rythme se décompose, il y a un danger d’arrêt de l’activité cardiaque.

Belen noir, belladone (belladone), Datura ordinaire. Les graines, les feuilles et les racines sont toxiques. En cas d’empoisonnement léger, les pupilles sont dilatées, sèches dans la bouche, palpitations, déficience visuelle (vision floue, miction des mouches devant les yeux). Dans les cas graves, il y a des hallucinations, de l’excitation. Perte possible de conscience, convulsions, violation de l’activité cardiaque et respiration. L’empoisonnement par ces plantes chez les enfants est le plus sévère.

Les plantes, les effets toxiques sur le coeur sont Muguet, foxglove, lauriers roses, ellébore blanc caucasien vératre. Leurs baies, fleurs, tiges et feuilles sont toxiques. Empoisonnant les se manifeste par des nausées, des vomissements, la diarrhée, des maux de tête sévères et des douleurs dans la région épigastrique. Dans les cas graves, rupture de rythme et le rythme cardiaque, la fréquence cardiaque, en règle générale, est de plus en plus rare. Parfois, le système nerveux est affecté. Ceci est mis en évidence par l’excitation, la déficience visuelle, les convulsions, la perte de conscience.

Beaucoup de plantes ont un effet toxique seulement sur les organes du tractus gastro-intestinal. Ce marais calla, troène commun, aîné puant, filasse de loup, yeux oiseau, Actaea spicata, liane, chèvrefeuille commune, le gui, la morelle douce-amère, la morelle noire. Pour empoisonner ces plantes sont caractérisées par des douleurs abdominales, des vomissements, la diarrhée, salivation excessive.

Si des plantes vénéneuses pénètrent dans le corps, et si on le soupçonne, des mesures urgentes de premiers secours doivent être prises.

Si la victime est consciente, rincer son estomac: boire 3-4 tasses d’eau et, avec un doigt ou la poignée d’une cuillère en appuyant sur la racine de la langue, provoquer le vomissement. Le rinçage de l’estomac doit être répété 2-3 fois. En cas d’intoxication aconit et de l’estomac de la pruche lavé solution rose pâle de permanganate de potassium (permanganate de potassium).

Etant donné que beaucoup de charbon actif adsorbé bien poisons végétaux, il est recommandé de prendre du charbon activé (phéniquée) après un lavage gastrique. 20-30 comprimés verser un verre d’eau froide, en remuant, apporter à un état pâteux, puis boire. Après 2-3 heures, rincer l’estomac.

Après les premiers secours, il est nécessaire de livrer la victime le plus tôt possible à l’établissement médical. Une urgence particulière est nécessaire dans les cas où l’empoisonnement est causé par des plantes qui affectent le système nerveux et le cœur. Avec le développement de crises, il est important d’éviter une insuffisance respiratoire due à des spasmes des muscles masticatoires, de sorte que la bouche de la victime, insérer des tiges de cuillère enveloppé d’un bandage ou un mouchoir.

Premiers secours en cas d’empoisonnement avec des plantes vénéneuses